Ode to Tateishi 2


Ah, Tateishi… quartier méconnu de Tōkyō, de façon compréhensible vu qu’il n’y a rien de particulier à y voir, et pourtant c’est sans doute le quartier dont je me souviendrai en premier quand je repenserai à ce pays dans 50 ans (même si je serai sûrement allé au Japon une vingtaine d’autres fois d’ici-là).

Parce que Tateishi, c’est tout simplement le premier quartier du Japon dans lequel j’ai mis les pieds en sortant pour la première fois du métro. Ma première baffe, ma première expérience du Japon, et elle est importante pour moi qui voulais depuis si longtemps visiter ce pays, bah c’est là, c’est ce petit quartier un peu moche au nord de la métropole, sans attrait particulier et qui m’a pourtant tellement plus marqué que la très surfaite Shibuya.

Alors évidemment, j’ai bien conscience que pour saisir le charme du quartier il faut impérativement y avoir passé du temps : autrement dit il y a des chances qu’une majorité de lecteurs parcourent cette page, se disent « mouibof » et repartent aussi sec vers des endroits plus touristiques. Mais si j’arrive à motiver ne serait-ce qu’une personne sur 10 à aller y faire un tour, j’aurai déjà réussi mon coup.

Mais en fait, pourquoi être allé à Tateishi ? Eh bien tout d’abord parce que durant ce premier voyage j’avais misé sur un hébergement via Air BNB, et qu’en solo ce quartier proposait des tarifs autrement plus attractifs que le centre de Tokyo, beaucoup plus cher. Ensuite, parce que Tateishi n’est pas loin du tout de la ville : situé en proche périphérie au nord-est de Tokyo, on accède très facilement à la Skytree (5mn), à Asakusa (10mn), ou encore à Akihabara (20mn). Alors par contre c’est une ligne privée et vous ne pourrez pas utiliser votre JR Pass, mais de toutes façons dans Tokyo, à moins de se restreindre à la ligne Yamanote il faudra payer le métro tôt ou tard. Et l’économie réalisée sur le logement a en ce qui me concerne laaaaaargement compensé le surplus dû au métro.

Cette petite intro étant faite, découverte rapide de Tateishi au départ de la station Keisei-Tateishi, la plus proche d’où j’étais. Quelques photos sont de moi, pour le reste (notamment les magasins dans la rue) je suis allé m’aider de Google Maps en attendant de revenir et de prendre davantage de photos moi-même.

Après être sorti de la gare du côté du Ito Yokado, on longe brièvement les rails jusqu’à apercevoir le Family Mart (konbini, c’est le meilleur coin des environs pour acheter à manger à toute heure) et cette rue :

rue_tateishi

C’est là que les choses se passent, tout ce dont vous aurez besoin pour profiter de la vie de ce petit quartier est ici.

02

Dans cette petite cantine, qui semble avoir pas mal changé en un an et demi, il y a moyen de manger correctement (je dis bien correctement, c’est pas fou non plus) pour pas cher du tout. Juste en face, un 100-yen shop qui permet de s’acheter des tas de trucs inutiles (ou de la junk food) à vil prix.

Juste après, notez ce drapeau en haut à gauche :

tsubasa

Les fans auront reconnu Captain Tsubasa, je vais y revenir car cette série a une importance toute particulière dans le quartier qui devient limite un lieu de pélerinage obligatoire pour les fans.

On continue un peu dans la rue et on finit par tomber sur la première zone de dangers :

Une boutique de jeux vidéo et de gachapon. Gros potentiel de craquage si c’est votre truc, surtout que leur rayon occasion m’a permis de dénicher quelques trucs pas forcément évidents à trouver. Mais le pire est à venir, on revient au niveau du Family Mart, et après avoir traversé les rails on tombe sur l’autre partie de la rue commerçante, avec ce petit bar :

J’avais eu l’occasion de prendre quelques verres là-bas avec mes colocataires de l’époque, le proprio est super sympa quoique légèrement timbré, et chose relativement rare il parle pas trop mal anglais. Juste à côté se trouve la zone de tous les périls :

La principale salle d’arcade du quartier (il y en a une autre pas très loin de la boutique de jeux vidéos mais je ne l’ai jamais testée) contient tout ce qu’il faut pour dilapider votre thune : des machines de pachinko (mais vu que c’est incompréhensible on s’en lasse vite), les UFO catchers, et ces espèces de machines où on essaie de faire tomber des pièces en les poussant. Je reviendrai plus en détail sur tout ça dans mon article dédié aux salles d’arcade mais en tous cas c’est le DIABLE. Ce n’est pas forcément que vous y dépenserez tant d’argent que ça, en étant raisonnable (genre en partant avec une somme définie sans moyen de retirer davantage) il n’y a pas spécialement de risque, mais c’est un gouffre à temps. J’ai mis les pieds dans ce genre de salle à 22h, je me suis amusé et le temps que j’aie dilapidé mon argent (30€ environ) il était déjà 3h du matin.

A essayer ne serait-ce que par curiosité, on n’a pas vraiment d’équivalent en France. Ensuite (ou plutôt avant en fait), on continue jusqu’au bout de la rue pavée, on tourne à droite à la fin et on finit par tomber devant cette enseigne :

 

C’est tout modeste, et pourtant c’est le meilleur ramen que j’ai mangé de tout le voyage. Le propriétaire et son aide étaient incroyablement gentils, et semblaient assez épatés qu’un non-japonais ait atterri dans leur échoppe. A tenter absolument si vous êtes de passage, pour ma part j’ai hâte de retourner faire un tour dans le quartier juste pour pouvoir manger à nouveau là-bas.

Et pour finir (déjà, mais j’améliorerai fortement cet article après être retourné dans le quartier), j’en viens à ce qui est une des principales attractions de Tateishi : Captain Tsubasa, ou Olive et Tom. Il s’avère que Yoichi Takahashi, créateur de la série, est natif de Katsushika, la ville dont dépend le quartier de Tateishi. On revient au niveau du Family Mart, et on continue cette fois de longer les rails en partant à gauche. Et là sur quoi qu’on tombe ?

Carrément un club de foot, un vrai club de foot, en hommage à la série et nommé Nankatsu comme dans la série (bon chez nous c’était Newteam, c’était l’époque où les noms japonais étaient systématiquement « francisés » pour s’adapter au public). J’étais entré par curiosité car je pensais trouver un musée ou quelque chose du genre. Le monsieur à l’intérieur se demandait un peu ce que je foutais là, et après lui avoir expliqué (difficilement, car son anglais était aussi mauvais que mon japonais) j’étais resté à discuter avec lui pendant une bonne demi-heure et étais reparti de là avec des autocollants que j’aurais sûrement pu refourguer une blinde sur ebay. Mais ils sont à moi, A MOI.

Et l’hommage à la série ne s’arrête pas là. Il y a ainsi 7 statues de personnages de Captain Tsubasa « planquées » un peu partout dans les environs. Je suis tombé sur l’une d’elles par chance, mais si vous voulez vraiment faire la chasse le mieux est de prendre un plan (ils sont distribués gratuitement à la gare) et de partir à l’aventure. J’avais pu trouver les 7 après une petite heure de recherche au total.

20141022_09471420141022_09543620141022_10012420141022_10061620141022_10142020141022_10164120141023_100445

 

Et voilà, là je crois qu’on a fait le tour. Bon sang, rien que d’en parler j’ai envie d’y retourner.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Ode to Tateishi

  • Faithy

    Koji & Nami ? Plume ? J’ai aussi était à Tateishi l’an dernier…Une petite ville loin des lumière de Shibuya pourtant tellement plein de chose à faire làbas et surtout de bonne chose a manger !

    • pjpsan Auteur du billet

      Effectivement, j’étais chez Koji et Nami ! Tateishi restera toujours un endroit assez spécial pour moi vu que c’est le premier endroit où j’ai séjourné au Japon… je suis pas très fan de Tokyo, mais Katsushika en revanche ça m’a vraiment marqué.