23 Octobre : A l’aventure compagnons


  • Nikko
    • Avec JR Pass : 1h45 depuis Tōkyō via Utsunomiya (shinkansen Yamabiko), 0¥
    • Sans JR Pass : 1h50 depuis Kita-Senju ou Asakusa, via Shimo-Imaichi. Un peu moins de 3000¥ aller-retour.

Coût total du trajet pour la journée : moins cher que gratuit avec JR Pass, 3000¥ sans.

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-Logo
Nikko

chargement de la carte - veuillez patienter...

Nikko: 36.747138, 139.621811

Aujourd’hui on repart hors de Tokyo, assez loin d’ailleurs: à 2h de train au nord, vers la ville de Nikkō. Beaucoup de choses à voir, et le fait d’être davantage au nord confère un avantage notable: l’automne y est un peu plus en avance qu’à Tokyo, donc davantage de chances d’observers les momiji et c’est à vrai dire le but premier de la visite. Vous le verrez en photo je n’ai pas été déçu du voyage même si j’espérais que ça serait un peu plus rouge que ça encore.

J’avais pas de JR Pass à ce moment-là donc j’ai évité le shinkansen, mais en cas de JR Pass actif voilà le trajet le plus pratique.

Hors JR Pass, le plus simple est de prendre à Asakusa (ou Kita-Senju) le Tobu Limited Express jusqu’à Shimo-Imaishi, puis la ligne Tobu Nikkō jusqu’à l’arrêt du même nom. Compter 25€ aller/retour (le trajet ci-dessus coûte le double sans JR Pass), et environ 1h30 de trajet.

Au niveau du trajet à pied qui suit ça ne change quasiment rien, les gares n’étant distantes que d’une centaine de mètres.

Drapeau de Nikkō-shi

Préfecture : Tochigi

tochigi

nikko

nikko

 

 

Y a carrément des portraits de criminels, comme au Far West :o La photo floue toute dégueu par contre c'est juste moi qui suis mauvais.

Ma première destination est un pont, le Shinkyo. Les panneaux indiquent que le chemin le plus rapide est de passer par le centre ville. Mais je me suis pas tapé 2h de train pour marcher en centre ville, alors je décide d’ignorer les panneaux et de longer la rivière.

Au final j’ai bien fait. Il y a un sentier piéton est le cadre est autrement plus agréable. Plutôt que des boutiques à touristes et des voitures, j’ai droit à quelques beaux feuillages d’automne. Bon et à des voitures aussi, mais au loin.

On peut payer pour aller sur le pont, mais pour l’avoir fait je conseille pas forcément. Le meilleur moyen de profiter du pont c’est finalement de l’observer depuis celui d’à côté. A la limite si vous y allez vraiment en plein pic automnal, avec les arbres complètement rouges (c’était pas encore le cas pour moi), ça peut être sympathique.

Une fois de l’autre côté, il y a un sentier touristique qui mène jusqu’au temple Tosho-gu, la principale attraction du lieu. Mais moi je leur dis merde aux sentiers touristiques et je décide de partir à l’aventure en prenant un escalier sur ma droite. Où mène-t-il ? J’en sais rien et je m’en fous, c’est L’AVENTURE.

Il s'avère qu'il menait là. Du coup je suis assez content d'être une âme rebelle, parce que je suis absolument tout seul pour profiter de la beauté et du calme de l'endroit.

 

 

Commence alors un périple de près de deux heures durant lequel je vais tomber sur des lieux magnifiques et quasi-totalement délaissés par les touristes. Tant pis pour eux, tant mieux pour moi. Quelques locaux me demandent (dans un anglais bien meilleur que celui de leurs homologues de Tokyo, d’ailleurs) si je me suis perdu. Non je ne me suis pas perdu, je ne suis pas un touriste, JE SUIS UN HOMME LIBRE.

Une fois de plus je paie le prix de ce que je serais tenté d’appeler mon avant-gardisme, mais qu’importe.

Je finis par atteindre ce torii qui marque la fin de l’escapade : j’ai atteint le Tōshō-gū. Plutôt cher (1300Y, à comparer aux 300 réclamés dans les temples à Kamakura), l’écart se justifie entre autres par la possibilité d’entrer dans les temples. Problème, si à Kamakura il y avait finalement assez peu de monde, là c’est juste blindé de gamins en voyage scolaire et de touristes chinois (je me demande comment nous français arrivons à avoir plus mauvaise réputation qu’eux d’ailleurs. Malpolis, indisciplinés, on les voit venir de loin), bref c’est pas exactement les conditions optimales pour profiter.

Au delà de ça l’endroit est, il faut bien le dire, magnifique. En visant au dessus des têtes, les photos feraient presque oublier le monde qu’il y avait.

 

Et là attention, grosse salve de photos. Par contre je suis parti un peu la fleur au fusil, je ne connais pas trop le nom des divers temples. Cela dit ils sont tous les uns à côté des autres donc aucun risque d’en rater un. A l’entrée des temples on enlève ses chaussures (bilan non-définitif: 8 morts) et on éteint son apppareil photo. Aucun cliché de l’intérieur, donc.

Au passage je passe devant une boutique aux tarifs complètement fumés. Ils interdisent les photos mais j’ai quand même pu prendre celle-là en scred, je suis comme ça je suis un ouf.

A peu près tout ce qui est là est trouvable pour moitié moins cher à Tokyo.

En ressortant du Tosho-gu je bifurque de nouveau et retombe sur une configuration davantage conforme à l’expérience que je recherche: l’endroit est calme, majestueux.

Il est alors 16h, je n’ai malheureusement pas eu le temps de monter jusqu’au temple le plus surélevé, dommage car je pense qu’il y avait une bonne vue d’ensemble. Je repère un escalier qui monte assez haut, je tente ma chance mais malheureusement même en haut la vue est bouchée. Je ne me suis pas éternisé car si la ballade est amusante à la lumière, j’aurais franchement moins aimé me taper la redescente de ça sans voir où j’allais:

Un dernier petit cliché du Shinkyo éclairé, et voilà la journée qui s’achève.

Au final Nikko est une très jolie ville qui mérite sa réputation. Niveau temples je lui préfère quand même Kamakura, l’afflux de touristes nuisant je trouve à la tranquillité qui se dégage naturellement de ces endroits. Mes meilleurs moments de la journée, je les ai finalement vécus en vadrouillant, en essayant de me faire mon propre trajet au gré des envies.

Demain, possible qu’il n’y ait pas de mise à jour ou qu’elle soit en tous cas très succinte: je récupère deux de mes gars sûrs en début d’AM, et j’occuperai essentiellement ma matinée à me promener dans un centre commercial et à affiner mes talents de lanceur. Rien qui vaille vraiment la peine de prendre des photos, donc. Passage en soirée à Roppongi si les deux gus sont en forme, donc peut-être quelques histoires à raconter néanmoins.

Samedi, découverte de Shibuya et Dimanche si le temps le permet, session photos dans le quartier d’Akihabara. Puis match de foot en soirée à Yokohama. Et à partir de Lundi, des nouveaux endroits que je découvrirai en même temps que les potes !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *