Batting centers


Un des trucs rigolos au Japon, et à tenter si vous aimez un minimum le baseball ou le softball (en fait même si vous aimez pas c’est à tenter vu que vraiment rigolo), c’est les cages de frappe, ou batting centers comme on les appelle plus communément.

Le Japon était un pays de baseball, on en trouve facilement, chaque grande ville en a plusieurs. A Tokyo par exemple, on citera notamment le dernier étage du Yodobashi d’Akihabara, ou encore le Meiji Jingu (voir plan car c’est pas forcément facile à trouver).

 

Mais c’est quoi donc, un batting center ?

Généralement, un batting center ça se présente comme ça :

 

Batting

source : http://jpgui.de/culture/activities/

 

Chaque emplacement propose de frapper de la gauche ou de la droite, mais ce qu’on ne voit pas à l’image c’est la machine qui permet de paramétrer quels types de lancers on va recevoir. Ils sortent d’une machine à l’autre bout, généralement on a droit à une petite mise en scène genre un lanceur connu de la NPB qui nous sort son plus beau wind-up, un exemple ici mais c’est souvent mieux que ça (là les lancers partent à 120, ça commence à chiffrer. Sauf que la machine bah, elle est tout en japonais ! Mais vraiment complètement, même à Tokyo j’ai pas vu un traître mot d’anglais écrit dessus. Donc même en ayant des notions de baseball, difficile de savoir comment ça fonctionne. J’ai pris, au risque de ma vie, une de ces machines en photos :

 

 

Voici donc un peu de vocabulaire pour comprendre comment s’y retrouver. Pas le choix, pour s’y repérer il faut identifier les idéogrammes et essayer de les retrouver sur la machine. En général, si on se contente de sélectionner la vitessela machine se contente d’envoyer des balles en plein milieu. Idéal quand on débute, par contre pour essayer de s’amuser un peu ça peut être intéressant de varier les plaisirs et là faut trifouiller.

La vitesse

Là ça va c’est la partie facile, bien sûr il y a quelques kanji incompréhensibles mais au moins y a des chiffres romains, on comprend. La vitesse plancher est de 80 ou 90km/h selon les lieux, et ça monte jusqu’à 160 (j’ai essayé c’est l’enfer).

 

La localisation

On trouve généralement 4 types de choix (parfois on peut les combiner, parfois non) :

内角/インコース : « in course » (naikaku), autrement dit des balles à l’intérieur de la zone. Si vous connaissez pas trop le baseball, ça veut dire des balles qui vont aller vers vous, c’est très désagréable.

外角/アウトコース : « out course » (gaikaku), là c’est le contraire la balle vous fuit.

On peut aussi classer les lancers verticalement :

高め/ハイ : « high » (takame), autrement dit les balles hautes. Alors là comme je disais, parfois on peut choisir que des balles hautes sans spécifier si on les veut à l’intérieur ou à l’extérieur

低め/ロー : et à l’opposé donc, « low » (hikume), les balles basses, plus compliquées à frapper.

 

Le type de lancer (effet)

Evidemment l’un des charmes du baseball c’est de proposer des lancers variés, et les bonnes machines offrent toute la panoplie.

ストレート(直球): « straight » (chotsukyu), la balle droite, le lancer standard en baseball. Parfait pour débuter, chute un peu en fin de trajectoire en basses vitesses type 80-90km/h. La machine délivrant des lancers parfaits, la balle est parfaitement rectiligne.

カーブ : « curve », là on attaque les balles dites cassantes avec un effet. Elle décrit un grand arc de cercle et plonge brutalement en fin de course, vers l’intérieur ou l’extérieur selon la main du lanceur. C’est très beau à regarder mais à frapper c’est pas simple.

スライダー : « slider », une autre balle pleine de vice. Celle-là ne chute pas trop, mais comme son nom l’indique elle « glisse », généralement vers l’extérieur. On croit qu’elle arrive plein centre et puis paf, la voilà qui s’enfuit vers l’extérieur. Ca reste un lancer qu’on a de bonnes chances de frapper avec un bon timing, le frapper correctement en revanche c’est une autre affaire.

チェンジアップ : « change-up », ma hantise. Elle part comme une balle droite, donc par réflexe on amorce sa frappe, et puis là elle ralentit, ralentit… et on se retrouve à avoir terminé de frapper (dans le vide) alors que la balle n’est même pas encore là. Ca reste le moyen numéro 1 de se taper l’affiche, c’est du vécu.

 

Voilà pour les lancers principaux. Le baseball en propose plein d’autres mais il est très rare que les machines les intègrent donc ça serait hors-sujet ici. A noter enfin que certaines machines (j’en avais vu une au Meiji-Jingu, je posterai la photo dès que j’y serai retourné) proposent un mix, la balle qui arrive peut-être n’importe quoi parmi tout ce que je viens de citer, et ça fait beaucoup de combinaisons possibles entre les localisations et les effets. J’ai fait une session comme ça ça a été une humiliation totale, donc c’est à vos risques et périls.

 

Où trouver ces merveilleux endroits ?

A Tokyo j’en connais deux que j’aime beaucoup, et un 3e dont j’ai entendu pas mal de bien :

Meiji-Jingu Gaien : pas le plus simple quand on parle pas japonais car si mes souvenirs sont bons il faut s’adresser à la caisse pour obtenir des jetons nécessaires au batting. Pour les lancers en revanche on insère soi-même sa monnaie dans la machine. Mais en contrepartie on se retrouve dans une vraie ambiance de baseball, avec souvent les jeunes joueurs des équipes locales qui viennent s’exercer.

Yodobashi Akihabara : mon préféré, et le plus pratique. Prendre la sortie « Electric Town » dans la station, le Yodobashi est juste en face, légèrement à gauche. Comme je l’explique dans l’article dédié ce magasin propose beaucoup plus de choses qu’un simple batting center, mais quoi de mieux qu’un peu de frappe après avoir fumé 3 mois de salaire dans des tas d’objets dispensables ? Direction le 7e étage (8F donc), pas accessible directement par un ascenseur il faut aller l’avant-dernier étage et terminer par un petit escalier. Juste en face c’est le practice de golf (ça a l’air très grisant mais c’est affreusement cher), et sur la gauche un nouvel escalier mène cette fois au batting center. Pas de jetons à acheter cette fois, tout fonctionne avec de la monnaie.

Shinjuku Batting Center : pas encore testé celui-là mais ça sera vite résolu. Situé en plein dans un quartier assez animé le soir, il est difficile à rater avec son immense logo « Oslo Batting Center » au coin de la rue.

Ikebukuro Batting Center : pas testé non plus, il fait partie d’un grand centre de loisirs (levez les yeux et cherchez le grand sigle « BOWLING » peint verticalement sur le mur) qui contient également une salle d’arcade, de quoi passer une bonne soirée bien dispendieuse. Attention ces endroits sont autorisés aux fumeurs, et pour un non-fumeur comme moi c’est très vite irrespirable.

Combien ça coûte ?

Pas trop cher en plus. Pour la frappe c’est souvent par séries de 20 balles, et ça coûte entre 300 et 500¥ selon les endroits. Il faut généralement de la monnaie, qu’on insère directement dans la machine. Parfois, comme au Meiji Jingu, on achète des jetons à la caisse.

Pour les exercices de lancer c’est un petit peu plus cher, au Jingu toujours il faut compter 300¥ pour un panier de 15 balles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *