3 Janvier 2019 – Tokyo


Nouveau voyage, nouvelle idée. Même si bon, là cette fois je me suis pas trop cassé le cul, mon idée étant « et si au lieu de faire des gros articles et abandonner au bout de 2 jours de voyage parce que j’ai la flemme, je faisais des mini-articles mais quotidiens #genius ». Et c’est efficace, la preuve : ce premier article sort avec seulement 17 jours de retard.

Vous voici donc sur le tout premier pré-article des Voyages du Patron. Au programme, peu de texte, pas mal de photos (merci le nouvel APN qui fonctionne enfin en WiFi), bref je vais à l’essentiel mais au moins le rythme est gérable. Et évidemment, une fois rentré ces brouillons deviendront de vrais articles et je pourrai faire revenir les gens dessus pour deux fois plus de clics, une idée qui serait géniale si le site était monétisé.

Trève de blablas, voici le résumé de cette première journée.

Et pour initier cette série de mini articles, on commence par Tokyo où l’avion a eu le bon goût de
me déposer à 7h30. L’hôtel où je séjourne a quant à lui eu le bon goût de pas du tout être arrangeant et de m’offrir la possibilité de m’enregistrer à partir de 15h, ou de laisser mes bagages pour la modique somme de 20 euros. Note pour moi meme : arrêter de prendre des locs de merde.
Une fois les bagages déposés dans un casier à la gare parce qu’allez vous faire foutre à un moment, c’est parti pour la grande vadrouille. Enfin pas si grande que ça vu que j’ai pas perdu de temps pour flâner dans les magasins et que je me suis un peu perdu dans la labyrinthique gare de Tokyo, en plein retour de week-end de fêtes.

C’est donc quelques heures plus tard que je me dirige vers la tour de Tokyo, un des monuments où je n’étais toujours pas allé. But avoué de la visite : tester les divers partenariats liés à Une Pièce, la fameuse mangasse.

 

Elle fait penchée on dirait presque la tour de Pise ! Manque juste les 25 connards qui font semblant de la tenir.

Ça démarre au café, avec justement un café (on jurerait que c’est lié) pas terrible mais y avait un petit dessin sur la mousse donc c’est cool. J’étais supposé avoir un gâteau aussi mais 20mn après il était toujours pas là et j’avais pas que ça à faire. Enculés !
En dehors de ça, le lieu était un parc d’attraction assez viteuf mais distrayant, avec un observatoire au dernier étage d’où on peut voir la ville et le mont Fuji au loin par temps clair. Là il faisait beau et assez chaud donc brume, donc vue pas nette.

Après tout ça il était déjà l’heure de manger et j’avais justement réservé dans un resto de sushi de qualité, enfin c’est pas Jiro non plus mais ça se voulait un peu au dessus. Verdict : ça l’était, mais à moins d’avoir le palais fin la différence est pas si ouf. J’ai bien mangé, pour un tarif pas trop abusé (50€ avec boisson) mais je me serais fait autant plaisir sinon plus dans un kaitensushi pour moitié moins cher. Et j’aurais pas eu à subir des expériences traumatisantes comme du PUTAIN D’ORMEAU CRU.
Par contre le soin apporté à chaque pièce est assez dingue :

Forcément ça pose la question : est-ce que ça vaut le coup, au final ? Ma réponse officielle est NON, à moins d’avoir le palais très fin. C’est le même constat à chaque fois que je me fais un resto un peu cher, c’est très bon mais j’en ressors toujours avec le sentiment que je me serais fait plus plaisir dans un endroit plus simple pour trois fois moins cher. Niveau sushi, on peut se faire péter le bide dans un kaiten pour 20-25€ en prenant quelques très bons morceaux dans le lot. À l’avenir c’est ce que je privilégierai.
Et voilà qui clôt cette première journée, j’avais prévenu c’est bref. Mais au moins ça donne une trace sur l’instant, pas comme ce voyage de 2016 que je vais devoir relater de mémoire et je vais bien rigoler je sens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *